Le « think tank » la 27ème Région publie en partenariat avec les agences Vraiment Vraiment et Partie Prenante, une Enquête-action sur les transformations publiques par temps de crise dans le cadre de la démarche « Réflexes publics ».

Le futur de l'action publique est-il en train de se fabriquer sous nos yeux, dans les transformations provoquées par une crise aussi brutale qu'inattendue ? Comment bâtir des capacités publiques adaptées au monde qui vient ?  Quels chantiers de travail ouvrir, collectivement, pour appuyer la résilience de nos territoires face aux futures crises ?

C'est pour répondre à ces questions que la 27ème Région avec les agences Vraiment Vraiment et Partie Prenante ont lancé en mai dernier le projet Reflexes Publics, une enquête de terrain collaborative sur les transformations publiques par temps de crise.


Enquête-action sur les transformations publiques par temps de crise

La résilience : un cap nécessaire pour la transformation publique ?

 

Avec la crise sanitaire et le premier confinement, les collectivités locales, les services de l'État et les forces vives des territoires ont fait preuve d'initiative et d'innovation dans les modes de production de services d'intérêt général. Ces transformations démontrent par les actes la réactivité des agents et l'inventivité des organisations publiques, qui improvisent des réponses et bousculent un logiciel de modernisation trop souvent pensé par le haut.  Et plus l'horizon de « sortie de crise » s'éloigne, plus la nécessité de comprendre ce qui se joue « pendant la crise » paraît nécessaire, à la fois par les questions qu'elle pose et les opportunités de réponse qu'elle semble offrir.

 

La situation renforce notre conviction sur la nécessité d'imbriquer davantage transformation publique et résilience pour apporter des réponses pertinentes à ces questions.

La résilience, pour un territoire, ses habitants, ses infrastructures, ses institutions, implique de se préparer à subir des chocs et des périodes de crise plus longues, comme nous sommes en train d'en prendre le chemin, mais aussi de réduire l'effet des crises latentes, ou qui le fragilisent sur le long cours. Si la réorganisation de l'action publique au service de la résilience territoriale ne se décrète pas, la transformation publique peut aider à dessiner le chemin pour y parvenir.

 

Une enquête collective sur le terrain de la crise

 

Pour travailler ces enjeux, nous avons, avec les agences Vraiment Vraiment et Partie Prenante, initié en mai dernier le projet Réflexes Publics, une enquête de terrain collaborative sur les transformations publiques par temps de crise. Avec l'appui de la Délégation Interministérielle de la Transformation Publique (DITP), la fondation Bloomberg Philanthropies, et une vingtaine de laboratoires d'innovation publique et collectivités partenaires, nous avons réalisé plus d'une cinquantaine d'entretiens, couvrant six grandes controverses et documentant une dizaine de phénomènes administratifs nés dans la crise. Nous avons parlé à des CCAS, des services de collecte des déchets, des directeurs de maisons des habitants, des gestionnaires RH, des DGS, des auxiliaires de puériculture réaffectées en Ephad, des animateurs de budgets participatifs, des directrices de l'action sociale, des gestionnaires du parc bâti,… de quoi réaliser un bel instantané de cette période si particulière.

 

Merci à La Ville et le CCAS de Grenoble, les villes de Nancy, Brest, Mulhouse, Chelles, la Ville de Paris et la DASES, les métropole de Metz, Nantes, Lille, Rennes, Grenoble, la communauté urbaine de Dunkerque, les Régions Pays de la Loire, Bretagne, Occitanie, Strasbourg, les départements de Seine Saint Denis, du Val d'Oise, de l'Isère, du Puy de Dôme et à leurs agents d'avoir enquêté avec nous.

 

Quelques balises pour une action publique qui renforce les capacités d'agir du territoire

 

Pour foisonnantes qu'elles puissent être, les pratiques que nous avons documentées ont pour point commun de bousculer le rapport de l'acteur public à l'engagement, l'initiative et l'action spontanée sans permission préalable, émanant des agents et des habitants. Elles soulignent aussi la force de cette capacité d'initiative et l'atout qu'elle représente dans l'adaptation et la réduction des effets négatifs d'une crise. Cette nouvelle donne questionne les infrastructures de l'action publique : les circuits de la décision, les modes d'organisation du travail, les interfaces avec les usagers, les modes de coopération avec la société civile.

 

Nous en avons tiré 6 grandes orientations pour que la transformation publique puisse utilement révéler et renforcer la capacité d'agir des personnes et, de ce fait, la résilience des territoires.

 

Diversifier ces sources d'influence, prendre l'habitude de faire en commun, penser les données par leurs usages, muscler la réallocation de ressources, garder le contact avec les citoyens & usagers, faire confiance à l'intendance et prendre soin des rituels. Autant d'orientations qui dessinent une doctrine de l'action publique locale ayant intégré un mode d'organisation plus décentralisé, fondé sur la confiance et l'encapacitation des acteurs - citoyens et agents - au plus près du terrain.

Dix-sept pistes prospectives concrètes viennent illustrer cette vision et donner des prises pour conduire ces transformations. Parmis celles-ci, la mise en place d'indicateurs de l'épargne médico-sociale, pour mieux valoriser les dépenses qui comptent et investir dans les bons leviers ; la politique de micro-mobilité professionnelle, pour adapter la gestion des ressources humaines à l'évolution rapide des besoins ; le portage d'initiative frugale sans permission préalable (PIFPP),  pour penser un cadre sécurisant pour les initiatives d'agents, ou encore le mécénat public en nature, pour mettre à disposition les talents et les ressources matérielles inexploitées aux acteurs du territoire.

 

Le résultat de ce travail a donné lieu à une publication consultable ici. Nous espérons que ces pistes pourront inspirer les collectivités dans leur transformation dès aujourd'hui. En 2021, la 27e Région poursuit ce travail à travers Capacités Publiques, un programme d'expérimentation léger qui propose aux cellules innovations des collectivités territoriales d'expérimenter 3 mécanismes innovants parmi les 17 identifiés.

 

Pour en savoir plus :

Louise Guillot rf/noigere72al//tolliugl

Nadège Guiraud rf/noigere72al//duariugn

Téléchargez l'étude (pdf, 3846 Ko)

[21/01/2021]